Soutenance de thèse de Margaux Petay – lundi 18 décembre 2023 en salle Magat

30 November 2023 par clavaguera
Margaux Petay du groupe CPSysBio soutiendra sa thèse le lundi 18 décembre 2023 à 10h

« Multimodal and multiscale analysis of complex biomaterials: optimization and constraints of infrared nanospectroscopy measurements », sous la direction de Ariane Deniset-Besseau et Dominique Bazin.

 La soutenance aura lieu le lundi 18 décembre 2023 à 10h dans la salle Magat. La soutenance aura lieu en anglais.

 

Résumé en français

Dans le domaine du biomédical, l’étude des changements physico-chimiques induits par une pathologie au sein des tissus, à l’échelle cellulaire, peut être cruciale pour élucider les mécanismes à l’origine de ce phénomène. Toutefois, seules quelques techniques d’analyse permettent une description chimique à cette échelle. La nanospectroscopie infrarouge, en particulier l’AFM-IR (Microscopie à Force Atomique-Infrarouge) est prometteuse en permettant une description chimique des matériaux à l’échelle nanométrique. Actuellement, l’AFM-IR est souvent utilisée pour l’étude des cellules et micro-organismes, mais très peu pour l’étude des tissus biologiques en raison de la complexité de ces derniers. Pourtant, de nombreuses applications pourraient bénécier d’une telle description, comme l’étude des phénomènes de minéralisation dans les tissus mammaires. Les microcalcications mammaires (MCMs) sont des dépôts calciques anormaux (oxalates ou de phosphates de calcium) et dont la composition est, dans la littérature, présumée associée à la nature des lésions : cancéreuses ou non. Malgré la multiplication des recherches sur le sujet au cours des dix dernières années, les processus de formation de ces MCMs et leur lien avec les pathologies et notamment les cancers du sein restent mal compris. Dans ce contexte, une description chimique des MCMs à l’échelle nanométrique pourrait fournir un nouvel éclairage et aider à la compréhension de leur genèse. Les biopsies mammaires (typiquement quelques millimètres à quelques centimètres) contiennent généralement plusieurs MCMs avec une forte dispersion en taille, de quelques centaines de nanomètres à un millimètre. Une stratégie de caractérisation multi-échelle est donc nécessaire pour décrire chimiquement l’entièreté de l’échantillon mais également accéder à une description fine des MCMs. Une approche multimodale et multi-échelle a ainsi été mise en place. Celle-ci permet d’étudier les propriétés morphologiques des MCMs en utilisant la microscopie électronique à balayage, ainsi que leurs propriétés chimiques à l’échelle micrométrique et nanométrique grâce à la microscopie et nanospectroscopie IR (e.g., AFM- IR). Bien que l’étude d’objets inorganiques et cristallins au sein d’une matrice organique par AFM-IR soit complexe, en raison des fortes variations locales des propriétés optiques et mécaniques au sein de ces matériaux hybrides, nous avons réussi à caractériser par AFM-IR des dépôts calciques au sein de tissus biologiques. La mise en œuvre d’une telle approche comporte plusieurs dés, tant d’un point de vue méthodologique qu’expérimental, notamment pour la préparation des échantillons, au cours des mesures, du traitement et de la gestion des données générées, ainsi que de leur interprétation. Tous ces aspects seront détaillés et des solutions proposées illustrant ainsi les capacités de l’AFM-IR pour l’étude des biomatériaux complexes.